Attentats de Paris : Les ados confient leurs émotions

https://www.youtube.com/watch?v=wgsVkgOi7ns&feature=youtu.be


« On a eu notre lot, on n’a pas envie d’en parler davantage ! »

Suite aux attentats à Paris, la Webradio Wéwéwé est allée à la rencontre des jeunes :  « Il est nécessaire que les jeunes puissent poser des mots sur ce qu’ils ont vécu, ne pas les laisser sans compréhension de la situation. »

Marie, Guy-Jacques, Hakim, Marine, Dominik et leurs camarades expriment leur désarroi et leur inquiétude :

« J’étais en train de regarder le match à la télé, j’ai entendu les détonations, au début je pensais que c’était des pétards, mais à la fin du match, j’ai appris que c’était des kamikazes qui s’étaient suicidés » raconte Younès, 14 ans.

« J’étais choquée, comme pour Charlie Hebdo. C’est quand j’ai appris le nombre de morts et les images diffusées, que j’ai eu peur » rapporte Marie 14 ans « j’ai toujours peur, un peu plus qu’avant »

Internet est la première source d’informations des jeunes  « avec ses dérives comme les théories de complots, des rumeurs… », « l’info vient à moi par les réseaux sociaux, sans rien avoir demandé ! » remarque Hakim.

Tandis que, pour Guy-Jacques : « les réseaux sociaux sont pour moi un moment de détente, si je vois sans arrêt attentats, attentats… Je préfère allumer ma télé. »

Certains, parmi le public soulèvent une défiance vis-à-vis des médias :
« ils font de la rétention d’informations ou ont une interprétation manipulatrice. Certains lancent des infos sans toujours vérifier leurs sources, avec de gros risques de dégâts sur la population » explique Toumi, qui multiplie ses sources d’informations : « les citoyens ont le devoir de se faire leur propre analyse »

Et la rumeur ? « il y a eu des rumeurs pendant que les gens se recueillaient, ils ont soi-disant entendu des détonations. Dans la panique,  les gens ont carrément dévasté l’endroit de recueil » d’autres encore « J’ai entendu que les Anonymous avaient piraté les serveurs des terroristes… Quelque chose comme ça ».

Dans le public, l’angoisse est palpable : « on ne s’attendait pas à des attentats, lorsque les faits ont été certifiés, j’ai pensé tout de suite : on va s’en prendre plein la figure, nous la communauté musulmane » souffle une maman : « on ne comprend pas, ça tire dans les rues, sur les terrasses de café… C’était comme dans un film, ou un jeu vidéo. ..»

Pour Guy-Jacques, il n’y a pas d’amalgame :

« on sait faire la différence entre les jeux vidéos, la vie virtuelle, et la vie réelle. Les personnes qui sont mortes à paris sont de vraies personnes, quand j’ai vu que des personnes sont mortes je n’ai pas pensé à Call of duty ! Au contraire, j’ai pensé à toutes ces personnes qui étaient mortes, car je sais faire la différence entre les jeux vidéos et la réalité ! »

SAMSUNG CSC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s