La ville semble une ville  de désolation,
Sur les blocs  de pierres, gisent les cierges  apathiques.
Nulle étincelle, nul éclat, sur le miroir d’eau tari

 

DSC_0213DSC_0199

Sur la margelle, une jeune femme soupire

Ses larmes coulent sur la stèle  asséchée

« Ont-ils de l’infamie atteint les bornes ? »

A l’heure vespérale, le ciel s’embrase de furie
L’astre, témoin de cette funeste nuit,
Irradie son flambeau, d’une nouvelle espérance.

Samira Houari-Laplatte

 

Dénicheuse de sujets exceptionnels ! Journaliste et photographe

2 Comment on “Le jour d’après…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :