Chaque fin annonce un nouveau départ

 

Vous aussi, la vie vous a conduit sur des chemins de traverses ? Partagez votre expérience !

anniversaire Anne 094
à quelques jours de son départ pour Hanovre, Anne réunit ses amies.

 Anne Falletta, 50 ans, est praticienne de bien-être. Après des années de nomadisme, elle réside à Hanovre ( Allemagne) depuis 2013.

Retour sur son parcours atypique

Sa grâce helvétique est accentuée par la rousseur de ses boucles et son regard d’agate. Anne Falletta est née à Sion dans le canton du Valais, en Suisse. Son enfance est entourée par les versants montagneux nimbés de neiges éternelles.

L’été de ses 20 ans, son bac en poche, Anne se barre à Paris. « C’est là, que je l’ai rencontré, mon amoureux et futur mari, Marc. »

 

Mais les amoureux attendront trois ans… ben oui, la jeune donzelle s’en est retournée  au bercail !

Anne veut devenir assistante  de médecin.  Eh hop  !  la Bâche US au dos, en route pour Genève !    Elle crèche dans un foyer de jeunes étudiants. Sa vie  ? ça ressemble à …

 

« Il y avait des citoyens du monde. J’ai adoré cette proximité avec d’autres cultures. »

Et côté coeur ?  Anne  à Genève, Marc à Paris,  c’est du genre : L’amour et rien d’autre de Jack London,  des  échanges épistolaires ou téléphoniques

« Notre amour allait-il y survivre ? »

Voilà que le galant s’apprête à prendre les voiles pour Abidjan !

 

« Marc décide de travailler pour son père à Abidjan, en Côte d’Ivoire. » Un dilemme pour Anne… ben voyons!

La rousse rebelle  se résout à « tout plaquer, à laisser la famille à 6 000 km, et partir à l’autre bout du monde parmi des Africains dont je ne connaissais pas la culture. »

À 23 ans, la veille de Noël, « j’ai quitté l’aéroport de Genève sous la neige et suis arrivée à Abidjan. Il faisait 25 degrés ! »  Durant sept ans, le couple se construira sur la terre ivoirienne. « C’est tout un épisode de ma vie : mon mariage et les naissances de Mélanie et Guillaume. »

Après une décennie de nomadisme  (Abidjan, Dubaï, Annemasse…)

Le grand  choc des cultures…

Le retour à la vie française, à Ancenis… Dur-dur  !

 

« Nous avons choisi d’être proches du lieu de travail de mon mari. »

Anne fait connaissance avec le système scolaire français par le biais des enfants.  Donne la main à la pâte  dans les associations locales. « J’avais envie de me sentir utile. »

Pourtant, des réticences subsistent, du fait de sa différence. « Parfois, je devais apparaître comme exotique avec tous ces voyages. Me suis-je trop dévoilée ? »  Une période de baisse de moral se profile. « Tout n’était pas merveilleux. Le fait de ne pas avoir pu travailler m’a handicapée, professionnellement. »

 

Puis vient l’idée sublime, la révélation : « J’ai eu envie de découvrir le massage et de prendre des cours.  Durant cinq ans, j’ai entretenu des échanges et découvert des nouvelles techniques, avec un travail psychologique sur moi-même pour mieux appréhender l’autre. »

Depuis, l’amazone et son tendre aimé s’en sont  allés sur les terres germaniques pour de nouvelles aventures  !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s