Popeck : On pousse les jeunes à faire des études pour qu’ils se retrouvent à Monoprix.

En tournée dans toute la France, l’humoriste yiddish présente ses grands succès. Mélangeant anciens et nouveaux sketchs, Popeck fait son autobiographie sur scène et reprend ses plus grands succès, dans son dernier spectacle intitulé : C’est la dernière fois ! L’envie, aussi, d’offrir autre chose, une réflexion sur les évolutions de la société, ou la génération de l’an 2000.

Qu’y a-t-il au menu de votre spectacle C’est la dernière fois ! ?

En général, le public ne vient pas voir les nouveautés de mon répertoire mais est subjugué par les scènes mythiques ! J’aimerais pourtant bien changer de sujet…
C’est la dernière fois ! est une chance de continuer. Je veux transmettre ce qu’il y a de mieux, les douze meilleures scènes que je peaufine et perfectionne au fil de ma carrière.On me situe avec ces deux incontournables que sont Maxim’s et Les caleçons molletonnés.
À Maxim’s, j’ai ajouté quelques nouveaux ingrédients qui font que le sketch reste d’actualité. Ancien comédien dramatique, j’ai joué Brecht. Je ne faisais pas dans le comique. En fait, mes sketches sont une tragédie… Heureusement que le public ne le voit pas !

Quel regard portez-vous sur la société d’aujourd’hui ?

J’aurais aimé mettre en scène, justement ce fossé qui sépare les jeunes générations et les vieux qui ne comprennent plus rien. Est-ce une évolution des moeurs ?

Je suis un enfant d’avant-guerre. On devait se battre, aider nos parents. Aujourd’hui, c’est l’inverse, ce sont les parents qui aident l’enfant. Beaucoup n’ont pas l’armure.
On a fabriqué une société apparemment facile, avec sa vitrine où tout paraît possible mais reste inaccessible… Logement, travail…On pousse les jeunes à faire des études pour qu’ils se retrouvent à Monoprix. 

Avant, nous avions la possibilité de nous loger avec la loi sur les loyers de 1948 et le boulot ne manquait pas. Ce sujet me tient à coeur. J’aimerais pouvoir le développer avec mon petit-fils : la génération de l’an 2000. Malheureusement, un sketch qui ne fait pas rire, ça ne marche pas.

Etes-vous philosophe ?

Je ne suis pas un intellectuel. Je suis un manuel. D’ailleurs, depuis que j’ai étudié, je n’arrive plus à écrire. Le raisonnement laisse peu de place à l’instinct. Je n’ai pas l’esprit Marivaux, c’est d’ailleurs pourquoi j’ai toujours refusé d’aller chez Les grosses têtes de Bouvard. J’ai gardé le complexe de fils d’ouvrier. On ne peut pas changer ça. L’autre, en face, est déjà formaté depuis sa naissance, alors que toi tu as tout à apprendre !
Jean Herbert (1) n’avait aucune personnalité mais Popeck en a une ! Le complexe disparaît car tout lui est permis. Chaque fois que je prends l’accent, tout le monde se marre et j’existe. D’ailleurs, j’ai commencé par séduire la Rive gauche, les intellectuels, et lorsque le public populaire m’a reconnu, j’ai perdu l’intérêt des premiers.

C’est la dernière fois !, est-ce une annonce de repli de la scène ?

Mon producteur a fait des sacrifices pour montrer que je ne suis pas mort ! Je serai fidèle sur la scène ou au cinéma, mais pas pour jouer un rôle stigmatisant à l’accent juif. Lorsque j’ai joué L’avare à Lille, j’ai été massacré par la critique…
Dans le contexte actuel religieux, je contribue davantage au rapprochement des identités et des religieux que les politiciens. Je touche des gens très simples, de toutes origines et confessions. J’ai passé des années à faire des choses dures, mes premiers métiers à la ville et à la scène. Je sais que c’est un miracle d’être là.

(1) Son pseudonyme au théâtre jusqu’en 1978
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s