Angoisses et interrogations sur l’avenir du centre équestre

« Les douze chevaux de la cavalerie vont être vendus et 150 cavaliers vont être privés de leur activité sportive. »

De lourdes menaces pèsent sur l’avenir de l’activité équestre de Port Barbe à Nantes. Il y a quelques jours, l’Association des Usagers Cavaliers a appris, lors d’une réunion organisée par l’Accoord (structure d’activités éducatives, sociales et culturelles) qu’un nouveau projet était en élaboration et sera effectif dès la rentrée septembre.

Le projet ?

La base de Port Barbe qui s’articule autour des activités nautiques et de pleine nature, se veut un centre ressource sur l’éducation à l’environnement. Une recentralisation des activités du poney-club est prévue autour de l’accueil des groupes d’enfants des quartiers et sur les enfants des centres de loisirs, tournées vers la découverte de la nature.

En clair ?

« il n’y aura plus de cours individuels pour les usagers sur Port Barbe » L’Assuc de Port Barbe  gère l’affiliation à la FFE via les licences, et propose des manifestations équestres régulières comme des compétitions amateurs, de sauts d’obstacles, des entraînements, du poney game… Elle existe depuis plus de 20 ans : « Nous avons toujours été là, il n’y a jamais eu d’ailleurs. Comme son nom l’indique : ce sont les usagers cavaliers de Port Barbe ! » dénonce un usager.

L’Accoord a la délégation service publique de la mairie pour gérer le lieu « Nous sommes tributaires de l’Accoord et de la ville de Nantes pour tous les cours. »

Conséquences ?

« il n’y aura plus de cours classique comme dans n’importe quel poney-club. Les cavaliers de plus de 12 ans sont virés ! » s’alarment Marie et Bénédicte, cavalières. « Les familles doivent trouver un autre club pour leur enfant dès la rentrée, alors que plusieurs clubs de la périphérie de Nantes affichent complet, et pour la plupart d’entre elles, cela ne sera financièrement pas possible ». Un coup de massue pour l’Assuc qui s’interroge également sur la pérennité de leur avenir.

D72_8316

Priorité aux jeunes des cités

Selon les membres du club, les adolescents sont les premiers impactés « toute une tranche de la population est mise de côté car la priorité, très clairement est mise sur les jeunes des cités. » regrette une usagère et de pointer un paradoxe « Il y a beaucoup de familles nombreuses qui pratiquaient sur ce lieu, grâce à un prix abordable pour tous, modulé en fonction des quotients familiaux. Ce qui permettait à des jeunes de tous milieux de se mélanger dans le cadre de leur passion. »

Encore des points d’interrogations.

Quatre postes de moniteurs d’équitation de l’Accoord pourraient être touchés indirectement, malgré l’assurance de leur employeur, « s’il n’y a plus de chevaux, il y a un risque de diminution drastique de leurs heures de cours. Il y a une incertitude légitime ».

cheval Assuc.jpg
Quid des chevaux  ?

« Ils seront revendus probablement auprès des particuliers… Avec l’angoisse qu’ils ne partent pas à la boucherie. » s’inquiète un usager.

Un sentiment de gâchis.

Lors de cette réunion les usagers ont manifesté leur immense tristesse et un sentiment de colère devant « cet incroyable gâchis. » : « L’Assuc n’a pas été associée à la réflexion qui a amené tous ces changements. »

 

L’Assuc pourra trouver sa place dans ce nouveau projet.

Rencontre avec Cyril ALLAIN, directeur d’équipement et de projet social Accoord.

« Nous sommes en train de prendre en compte les inquiétudes des adolescents et des jeunes et allons corriger le tir par rapport à ce qui a pu être annoncé lors de cette réunion.

Il n’y a pas de réponse précise quant à la pérennité de l’utilisation des lieux par l’Assuc. Nous avons déjà rencontré leur présidente, et cela va dépendre de leur adhésion ou pas, au nouveau projet de l’évolution de Port Barbe.

L’Assuc pourra trouver sa place, il n’y a pas de volonté de se séparer d’elle. Il y a eu de notre part des petits loupés de communication, mais le projet à terme n’est pas d’exclure les enfants de plus de 12 ans sur l’entrée équitation pleine nature. »

images
Ces remaniements progressifs sont-ils liés à une restriction économique ?

« Oui et non, ce n’est pas la motivation principale. »

Effectivement Port Barbe comme tous les équipements Accoord a un coût, mais la vraie motivation est sur le projet de Port Barbe et sa destination, ce n’est pas une histoire d’économie.

Et deux grands traits de ce projet sont d’aller vers les publics les plus éloignés grâce aux maillages des centres Accoord et des coopérations, en associant l’éducation à l’environnement. »

 Quel avenir pour les chevaux ?

« Il y a une rumeur qui courre, que nous devons stopper. Nous avons demandé à notre responsable d’équitation que la vente des chevaux soit vraiment faite de manière intelligente. À savoir que les chevaux soient placés chez des propriétaires, avec une attention sur leur avenir. On ne revendra pas le lot à des marchands de chevaux, ça, c’est sûr ! »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s