Une leçon d’amour

Le nationalisme s’intensifie dans une grande partie de l’Europe. En France, Marine Le Pen, la candidate du  Front national,  était en lice au second tour des élections présidentielles.    A l’issue des élections présidentielles françaises, le score du parti d’extrême droite n’a jamais été aussi élevé  dans ce pays en proie à une crise économique et … identitaire.

Dame République.jpgC’est l’histoire de Paul, un bon petit gars de la Côte d’Or. Paul a un rêve celui de monter son resto. Il a vu dans des émissions de télé réalité que le rêve américain est possible. Il s’abreuve de ce rêve. Entre deux coups de Pinot noir, Paul se lance et monte sa cantine, toute proprette avec des ustensiles en cuivre flambant neuf qui feraient pâlir Rémy, le rat cuistot de Ratatouille 

Il est tout fier de sa buvette aux grandes baies vitrées qui donnent sur la route express traversant son quartier résidentiel et de l’autre la ZUP. Au pays des gastéropodes, l’enseigne bleue néon clignote  dans la nuit froide :   Au Trou des Ducs  on y cuisine des escargots de Bourgogne, des pieds de porc grillés, de la tête de veau, du boudin blanc aux morilles…

Paul est marié à la douce Isabelle, blonde jonquille de printemps, dont il a deux filles pareilles à leur mère,  porcelaines au regard bleu délavé.

Paul est plein d’inquiétudes. Au fond de sa gargote, il tambouille dans ses chaudrons, le succès tarde à prendre.  A force d’huile de coude, il a les biscotos  qui émoustillent les femelles en mal d’amour. Et puis ce regard de braise, comment ne pas céder…  Paul joue de son physique athlétique, qu’il entretient avec assiduité.

Paul a un ami d’enfance. Manuel vient les grands soirs  lui donner un coup de main. Il a grandi dans le quartier populaire  de la Toison d’Or. Ses grands-parents sont arrivés en France, il y a longtemps :
– « à cause d’un mec qui foutait son bazar en Espagne, un certain Franco, paraît que c’était un tyran fasciste»,
– « fasciste ça veut dire quoi ? »
Il ne sait pas, mais bon, tout cela, c’est du passé, cela ne le concerne pas. Manuel a une bonne idée :
– « Pourquoi ne pas glisser des plats du Monde, paraît que c’est à la mode !? »

Depuis quelques semaines, les pieds de porc grillés côtoient les pizzas, la tête de veau les tacos, et le boudin blanc les nems au curry… Ce vendredi, le Couscous maison est au menu du jour.

Et ça marche ! La gargote remporte un joli succès, un  mélange de clientèle en tout genre venu des quartiers résidentiels et de la ZUP. On sympathise, s’accoquine, on trinque, on rit.

Puis vient la grande campagne électorale. Paul a ses idées. Lui, le discret, le timide, il les affiche sans complexe voire avec ostentation. Pas sur son menu du jour, non, sur la vitrine des réseaux sociaux : « Cette femme va sauver la France ! ».

Capture

Paul a vu à la télévision que  Marine Le Pen sauvera les petits commerçants, les agriculteurs, les chômeurs français, et tous les pauvres « qui n’ont plus de pain à cause de ces foutus immigrés qui squattent le pays, de ces réfugiés sauvages et violeurs…. » Il a même appris que certains pays vont construire des remparts pour protéger leurs frontières, il rêve maintenant d’une muraille de Chine qui surgirait des entrailles  de la Méditerranée vers l’océan et pourquoi pas aussi du côté du front Est « où ces Polacks, Yougos, Roms arrivent en masse sous prétexte d’être des ressortissants de l’Espace Schengen.»

« Ah, que ce serait chouette le Frexit ! Rester entre-soi, loin des menaces terroristes et de tous ces islamistes !»

Mais voilà, les  friands de Tacos, de pizzas, de Nems, et de couscous l’ont à travers la gorge : « Quoi ? Le beau gosse est un facho ?» C’est la trahison, la déception !

Isabelle l’avait pourtant prévenu : « Efface donc ton post, tu vas nous attirer des ennuis ! »  Le pacte de l’amitié est brisé.

Bien que  penaud,  Paul n’en démord pas,  il tweete au nom  de la liberté d’expression, c’est son droit !

Au pays des Ducs de Bourgogne, on salue le 1er mai, fête de Jeanne d’Arc, figure de proue du nationalisme pour certains. Mais au pays bourguignon, on a aussi la mémoire courte ou sélective, n’est-ce pas là que la belle pucelle a été capturée ? On crame comme on hisse les figures légendaires, c’est au goût et au menu du jour.

Ce soir, c’est samedi, Au Trou des Ducs est fermé. Paul reçoit ses parents, il est heureux de leur visite inopinée. Isabelle a préparé une brandade de morue. La sonnette tinte à la porte d’entrée, Lucia et Fernando ont fait un long voyage depuis le Portugal :

– « Paolito, Meu pequeno menino de amor, como você sentiu falta de nós ! »*

* Paolito, mon petit garçon d’amour, comme tu nous as manqués-
Publicités

Une réflexion sur “Une leçon d’amour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s